Eurythmiques : « Remettre au goût du jour une notion vieille de près d'un siècle ».

7 décembre 2015

toumback

toumback
Entretien avec Stéphane Grosjean, directeur artistique de la Compagnie Toumback

Après plus de vingt années passées à explorer le monde de la musique dans son infinie diversité, Stéphane Grosjean reste un homme perpétuellement avide de nouvelles expériences. Diplômé du Conservatoire National de Lyon et de l'École Nationale de Musique de Villeurbanne en percussions classiques et jazz, cet artiste, aujourd'hui professeur de percussions au Conservatoire de La Rochelle, souhaite depuis toujours abolir les frontières entre les disciplines artistiques afin de construire une expression unique et universelle. Une vision qu'il compte bien mettre en pratique à travers la nouvelle création de sa Compagnie Toumback : « Eurythmique ».

Un chemin parsemé de découvertes

Tour à tour percussionniste, batteur et compositeur, Stéphane Grosjean a pu explorer, à travers les diverses collaborations qu'il a réalisées, une grande variété d'univers musicaux (classique, jazz, musique contemporaine). En créant la Compagnie Toumback il y a 8 ans, il n'avait pas réellement d'objectif précis en tête, si ce n'est l'envie profonde de synthétiser l'ensemble des expériences artistiques auxquelles il avait été confronté : « Dès le départ, la compagnie avait pour but d'associer musique, danse et expression corporelle avec comme base les percussions corporelles. La priorité, c'était de transformer la musique en sensation, qu'elle ne passe plus simplement par les oreilles, mais aussi par les yeux, le corps… ». Son projet n'a fait que s'affiner avec le temps : « En créant Toumback, je n'avais pas vraiment d'idées précises sur la façon dont évoluerait la démarche artistique de la compagnie. Mais petit à petit, au fil de mes rencontres et de mes expériences, je me suis rendu compte que le plus important était d'élaborer un cheminement nourri par la diversité des esthétiques et des cultures ». Tout naturellement, c'est donc sous le signe de la pluridisciplinarité que s'inscrit la démarche artistique « d'Eurythmique », puisqu'on y retrouve chant, danse, gestes, mais aussi beat box, guitare classique et percussions corporelles.

Une notion dépoussiérée par l'incorporation de dynamiques actuelles

« Eurythmique », comme son nom l'indique, tire son origine de l'eurythmie. Cette forme d'art, développée au début du siècle dernier par, entre autres, le philosophe Rudolf Steiner ou le compositeur Jacques Dalcroze, prend sa source dans la recherche d'une expressivité corporelle capable de reproduire accords, harmonies et rythmes. Dans cette optique, il n'existe plus aucune barrière objective séparant chant, parole et geste : « Au départ, et cela se voit notamment dans l'opéra, il n'y avait aucune séparation entre mise en scène, chant, danse, mouvement, rythme… Aujourd'hui, on a tout catégorisé, hiérarchisé, alors que cela n'a pas de sens. Par exemple, cela me fait penser à cette lettre ouverte envoyée par une compagnie de Hip Hop à Madame Fleur Pellerin (ndlr : ministre de la culture et de la communication) qui rappelait à quel point les bases entre la danse « urbaine » et celles de la danse classique sont similaires. » Par ce spectacle, Stéphane Grosjean cherche donc à élaborer une forme d'expression unique capable de faire oublier ces carcans rigides : « J'aimerais que le public ne se pose plus la question de ce qu'il voit, mais qu'il y discerne une globalité, et non un mélange de disciplines. La question de l'identité d'une création doit se poser en termes musicaux et non stylistiques ».

Le corps comme vecteur d'universalité et de partage

La mise en place de ce spectacle nécessite un important travail, car en fusionnant les disciplines, le processus de composition devient inévitablement plus complexe. C'est pourquoi, bien que Stéphane Grosjean en soit l'auteur principal, Eurythmique s'est aussi construit autour d'une collaboration créative entre les personnes participant au spectacle : « Pour ce qui est du travail vocal, c'est Jérémie Boudsocq qui s'est chargé de faire « sonner » le groupe, car j'ai recruté les membres sur audition et comme ils ne se connaissaient pas, il fallait que quelqu'un soit capable de les accorder vocalement ». Car justement, au delà de son aspect artistique, ce spectacle est d'abord mû par une vocation très humaniste : « Le corps ne s'ancre pas dans un style précis : c'est un langage universel. Mais chacun a sa manière de ressentir le rythme. Et là où la création prend tout son sens, c'est dans le partage, l'échange autour de ces ressentis. Et c'est à ce moment là que l'on peut comprendre et respecter l'autre, quelles que soient les différences qui nous caractérisent. » Un appel à l'universalité qui prend évidemment un écho tout particulier en ces temps troublés, et qui permet de rappeler que la musique, au sens large, doit rester un vecteur d'ouverture et de partage.

Suivre Toumbak

Création avec l'Orchestre du Poitou-Charentes et 50 lycéens en percussions corporelles …une symphonie corporelle appelé PERCUPHONIE au Théâtre-Auditorium de Poitiers le 19 mai 2016.

La première représentation du spectacle Eurythmique aura lieu le 18 mai 2016 au festival EverySing#6.

  • 22 et 23 avril 2016 L'Escale(St Cyr_sur Loire)
  • 20 mai 2016 Salle René Monory (Loudun _86)
  • Automne 2016 Les 30 ans de la MJC de l'Isle Jourdain

Parution de plusieurs volumes de la Méthode Toumback sont prévues au cours de l'année 2016.