Le chant choral renaît

14 octobre 2015

Après cinq ans d'acharnement, de conviction, de volonté, une évidence s'impose : une génération «EverySing» est née. Ils ont une vingtaine d'années et sont fidèles au festival depuis sa première édition. Ils sont musiciens ou pas, ils aiment chanter ensemble et se reconnaissent parfaitement dans «l'esprit EverySing!», le répertoire, le rythme, le groove EverySing!
Le chant choral renaît. Il procure du plaisir, de la générosité, de la solidarité et EverySing! est le seul festival qui propose une autre facette du chant polyphonique choral, resté en peu en rade dans le monde de la chanson et de la voix.

Un état d’esprit

La fréquentation du festival n’a pas vraiment souffert de cette version 2015 allégée par rapport aux précédentes : pas de scène ouverte, pas d’atelier de découverte, une programmation sur 2 jours uniquement.

En contrepartie, le stage de deux jours, Anysing can happen !, animé par le brillant Peder KARLSSON et l’énergique Sandra FEKETIJA, a compté 61 stagiaires et à peu près 61 heureux, et si l’on tend l’oreille aux bruits de couloir, l’on n’apprend que certains projets se sont montés, certaines envies sont nées après ces deux jours.

Les “grooves” et les moins “grooves”, les classiques et les modernes, les jeunes et les moins jeunes se sont retrouvés dans un état d’esprit, un répertoire, une dynamique : une montée de sève pré-printanière.

Le concert du samedi soir, avec les époustouflants polonais, Audiofeels (toutes les filles en sont tombées amoureuses!!), avec en première partie la chorale du Lycée Grandmont de Tours dirigée par Isabelle Faës, a totalisé 550 entrées.
Le concert du dimanche après midi, qui réunissait les stagiaires du Grand Atelier et la nouvelle production des écoles de musique de l'agglomération tourangelle a totalisé 330 entrées.

Une édition 2015 toute en justesse, qui installe durablement et de manière incontournable le festival dans le paysage vocal. Everysing! a su trouver sa place en faisant un pied-de-nez aux festivals qui ciblent un public en particulier. Le public d’EverySing! n’a pas d’âge : il a trouvé auprès des musiques actuelles, un terrain d’entente et de réconciliation. C’est peut-être cela, après tout, la vérité du chant.